Philippines, et si c’était à refaire ?


Qu’est-ce que je changerais ?

Après avoir organisé ce voyage pendant des mois, je vous livre ici mes réflexions, un peu à chaud, qui je l’espère pourront aussi vous servir à planifier un peu le vôtre.N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires !

  • Cela peut vous paraître bizarre, mais si c’était à refaire je ne partirais pas trois semaines aux Philippines, je raccourcirais mon séjour de quelques jours. Oui c’est étonnant, laissez-moi m’expliquer ! On a eu un programme tellement chargé les premiers jours, avec des visites d’îles en une journée et demie, on en a pris tellement plein les yeux, qu’à la fin nous n’étions presque plus capables d’apprécier la beauté des paysages qui se profilaient devant nous. Nous étions comme habitués, presque lassés. Nous n’arrivions pas, plus, à prendre conscience de la beauté de tout ce qui nous entourait. Si on mesure notre chance maintenant que nous sommes de retour, réussir à garder un regard émerveillé en permanence sur place devenait de plus en plus compliqué. Tout est tellement magnifique partout !
  • Si c’était à refaire, je passerais une journée de plus à Siquijor et à Port Barton, mes deux coups de coeur des Philippines, loin du tourisme de masse, ces deux endroits m’ont complètement charmée. À la fin de notre séjour, nous avons passé 5 jours à El Nido, 5 jours où même si nous avons pris le temps de nous reposer réellement, 5 jours qui nous ont paru un peu long. Cet endroit est bien trop touristique à notre goût. Malgré la beauté de la baie des Bacuits, je vous conseille de n’y passer plus que trois jours. J’avais décidé d’y rester 5 jours car je pensais qu’il n’y avais pas de bateau speed boat, pour la traversée rapide vers Coron tous les jours. Une fois arrivés sur place, j’ai découvert que cela n’était pas le cas, il y a des liaisons quotidiennes ! Mais trop tard, tous nos hébergements étaient réservés. Je vous conseille, une fois de plus, de regarder les horaires des bateaux directement sur la page facebook des compagnies, et non pas sur le site schedule.ph.
  • Si c’était à refaire, je n’irais pas observer les requins baleines à Oslob. Je savais que l’endroit était controversé, si l’expérience est clairement magique, oui oui c’est super impressionnant de nager avec des créatures aussi immense à ses côtés, elle a aussi un côté beaucoup moins glamour. On ne se doute pas forcément à quel point cela est gênant avant de faire face à toute l’industrie touristique dans sa pleine puissance. Les animaux restent sauvages, ils sont nourris de 7h30 du matin à 12h30, et leur nourriture n’est pas très variée. Cela a même un impact sur leur site de reproduction, car ils ne se déplacent plus d’îles en îles et se sédentarisent ici où ils sont nourris quotidiennement.

Nous avions déjà payé quand nous sommes arrivés sur place, et là stupeur et tremblement, il y a avait une foule immense de touristes et près de 40 bateaux dans l’eau en même temps. 40 bateaux, oui oui vous avez bien lu, 40 bateaux au bord du rivage (car au final les bons nageurs peuvent y aller à la nage, mais c’est je suppose interdit, sinon c’est trop facile et ça ne rapporte pas de sous… business is business), rempli chacun de 4 touristes. Presque 160 personnes à la fois dans l’eau… Sans parler des centaines de touristes qui attendent patiemment en bord de plage.

Vu le coût de l’excursion de 30 minutes, assez élevé pour le niveau de vie du pays (1100 pesos par personne, dont 100 pesos pour l’établissement auquel nous sommes allés – presque le prix d’une excursion d’une demi-journée en bateau à El Nido), nous y sommes allés quand même. On a eu l’impression que les règles ne sont pas franchement respectées, malgré la menace de sanctions (ex : ne pas appliquer de crème solaire sur soi avant de partir, ne pas approcher l’animal à moins de 4 mètres etc.) car il n’y a pas vraiment de contrôle. En même temps, hormis pour la crème solaire, difficile de respecter lesdites règles dans l’eau. Il y avait tellement de monde, de courant, que je me suis retrouvée de nombreuses fois face à face avec un animal, à moins de 10 centimètres de lui. Quant à Maxime, il s’est même prit un coup de nageoire…

Et en plus d’avoir l’impression d’être pris pour des pigeons (du coup, amis plongeurs qui veulent quand même faire cette excursion, allez-y en snorkelling, les requins-baleines sont en surface, vous ne profiterez pas d’en-dessous), de nager dans une eau remplie de nourriture (dégueulasse !), vous pesterez sûrement contre la foule, le nombre de nageurs. J’aurai largement préféré aller à Donsol pour les observer dans un environnement plus préservé, mais cet endroit n’était malheureusement pas du tout sur notre itinéraire. Alors oui, c’était cool, c’était chouette, mais si c’était à refaire non, sûrement pas. Trop touristique, au détriment de l’animal.

Si l’éco-tourisme est pas mal développé aux Philippines, Oslob échappe totalement à cette règle. N’y allez pas. Et là je pense, du coup inutile de vous préciser que je suis en plus contre la captivité des animaux marins en général (cf. le film The Cove).

  • Si c’était à refaire, je réserverais des hôtels hauts de gamme à Coron et Manille. Dernières étapes de notre séjour, nous avons résidé dans des guest house dans ces deux villes. Étant donné qu’il n’y a pas de plage accessible sans louer un scooter et aller très loin à Coron, j’aurai bien aimé décompresser le soir dans une vraie piscine. Nous avions uniquement un petit bassin dans la guest house Patrik and Tezz, et franchement j’aurai aimé avoir un truc plus luxueux. Oui j’ai des goûts de princesse, mais il a plu pendant une bonne partie de la journée notre dernier jour sur place, et autant vous dire que l’on s’ennuie vite dans une guest house riquiqui.

Quant à Manille, j’avais choisi une guest house proche de l’aéroport, mais à refaire, je choisirai un hôtel plus haut de gamme avec piscine. Avec Maxime nous avons longuement hésité, malheureusement nous ne pouvions pas annuler notre réservation sans perdre le coût de cette dernière (36€). Nous étions pas mal tentés notamment parce que les hôtels luxueux bradent leurs chambres d’hôtels vides (36€ au lieu de 118€). Finalement nous avons été dans l’établissement prévu. Mais à la limite, si vous avez le temps comme nous (deux jours et demi sur Manille), sachez qu’une demi-journée suffit amplement à visiter l’intra-muros, et que les centres commerciaux immenses de Makati ne sont pas franchement intéressants. Gardez juste en tête qu’il y a beaucoup de bouchons à Manille et que pour accéder à l’aéroport je vous conseille de prendre un Uber, cela vous coûtera beaucoup moins cher (Téléchargez l’application en wifi depuis votre hôtel et payez en cash, ou bien achetez une carte sim avec un forfait internet de 7 jours).

  • Si c’était à refaire, j’apporterais plus de choses pour les enfants. Contrairement à la France, là-bas les enfants jouent avec trois fois rien. Ils n’ont pas les moyens d’avoir des jouets. Et leur donner quelque chose, même un petit rien,  apporte sur leur visage un sourire dont vous vous souviendrez longtemps. Sur place, j’ai de nombreuses fois observé les enfants en train de jouer, que ce soit avec des cartons, des pneus usagés ou encore leurs tongs abîmées. Pour ma part, j’ai eu la mauvaise idée d’apporter des balles rebondissantes, mauvaise parce que quand on observe bien l’environnement dans lequel ils évoluent il y a peu de choses sur lesquelles elles peuvent rebondir. Mais n’hésitez pas à apporter dans vos valises des crayons ou des fournitures scolaires et allez les déposer directement dans les écoles !

 

Laisser un commentaire